#SI #tribune
Le SI produit de la valeur pour l’entreprise
Série 3/3

Dans la continuité des deux articles précédents, à savoir « La définition du système d’information (SI) » et « L’intérêt de la mesure de cet actif immatériel », nous pouvons affirmer sans nous tromper qu’il est un élément de différenciation concurrentiel.

Dans les opérations de fusion-acquisitions, par exemple, un audit du système d’information est systématiquement effectué au même titre que tous les autres éléments de l’actif de l’entreprise objet de la vente. Un SI bien géré et maîtrisé accroit la valeur de l’entreprise lors du rachat. A l’inverse, un SI mal maîtrisé, souffrant de problèmes de fonctionnement ou présentant des risques (obsolescence des technologies utilisées, difficultés d’évolution, dépendance vis à vis d’un petit nombre de personnes internes ou externes…) diminue la valeur de l’entreprise et peut même conduire à remettre en cause la décision d’achat.

COVATEAM SI

La contribution du SI à la création de valeur dépend bien évidemment du contexte de l’entreprise. Elle sera différente si l’entreprise est en croissance ou bien dans une phase de rationalisation de ses activités. Cependant, il ne faudrait pas non plus surévaluer un SI en fonction des dépenses qui lui seraient allouées. La société Deloitte, un des leaders mondiaux de l’audit, rappelle dans une de ses brochures publicitaires à propos de la gouvernance du SI (stratégie et pilotage) « Le Harvard Business Review estime que la valeur du SI est largement surestimée et que les sociétés qui dépenses le plus dans l’informatique obtiennent rarement les meilleurs résultats« .

Il y a donc un point d’équilibre à rechercher, et ce, continuellement afin de pas dépasser les budgets alloués ou au contraire d’être trop en deçà des besoins nécessaires à la bonne marche de l’entreprise. Des outils, tel que le « Modèle d’analyse et de benchmarking des coûts informatiques » du Cigref peut être une des voies à emprunter pour contrôler efficacement ses coûts informatiques, et par ricochet mieux « chiffrer » la valeur globale de son SI.

Fabrice SAINT-ALBIN de Covateam

 

Pour approfondir le sujet :

http://www.directeurinformatique.com/2012/08/le-si-un-des-actifs-majeurs-de-lentreprise/

http://www.cigref.fr/le-modele-danalyse-et-de-benchmarking-des-couts-informatiques-du-cigref

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *