Externalisation du SI – Mythe ou réalité ? épisode 1/7

#SI #externalisation
Externalisation du SI – Mythe ou réalité ? épisode 1/7

Un peu d’histoire et le « cœur de métier » (série 1/7)

« Vous ne possédez pas de centrale électrique pour répondre à vos besoins en matière d’électricité. Pourquoi posséder des équipements informatiques pour répondre à vos besoins en matière informatique ? » (Citation de Martin Marietta d’Information System Group en 1991 dans la revue ComputerWorld)

En juin 1998, le Cigref publiait un rapport contenant une liste des 10 messages forts adressés aux directions des systèmes d’information. L’un d’entre eux concernait directement l’externalisation de l’informatique appelée « infogérance » ou « facilities management ». Il est repris in extenso ci-dessous :

« L’externalisation de fonctions de l’entreprise constitue une alternative qui doit être discutée à période régulière, y compris pour l’informatique. Dans ce dernier cas, dit « infogérance », ces discussions doivent se faire avec les directeurs des systèmes d’information. Dans la mesure où une étude suffisante, en particulier quant au choix du domaine à externaliser, a été menée, la décision d’externaliser est à acte normal de gestion d’entreprise. Les nombreux exemples étudiés par le groupe de travail et les annonces faites régulièrement par les entreprises françaises montrent que ces derniers adoptent progressivement une attitude vis-à-vis de l’infogérance plus proche de leurs consœurs anglo-saxonnes que dans le passé ». (Citation du Cigref par Barthélemy J. sous le titre « Infogérance, dix messages forts pour les directions générales », 1998)

externalisation-SI-histoire-300x210

Pourtant quelques années plus tôt, le 27 janvier 1995, 01Informatique titrait : « Le Facilities Management : une sous-traitance qui dérange ». Une enquête par la Sofres et la Sligos sur un échantillon de 120 entreprises industrielles françaises corroborait ce titre-choc. Ainsi, sur cette courte période de 1995 à 1998, soit 4 ans, la notion d’externalisation de l’informatique qui « dérangeait » est passée au stade « d’acte normal de gestion d’entreprise« . Ainsi, nous constatons un parallèle étonnant avec le sentiment que peuvent ressentir, à tort ou à raison, certains dirigeants au sujet du Cloud Computing. Pourtant, le but de l’externalisation au sens large, n’est-il pas justement de permettre aux entreprises de concentrer leurs ressources financières et managériales sur les activités créatrices de valeur : le cœur de métier ? La grande difficulté pour tout dirigeant est de définir précisément « son cœur de métier » car il n’est pas rare que ce dernier repose parfois sur une succession d’activité dont le cœur ne peut se définir de manière complètement isolée. De plus, il n’y a pas forcément de lien direct entre le type d’activité et le cœur de métier. Comme exemple, la société Cisco* dont l’activité principale est la vente d’équipements réseaux orientés « sécurité » considère son cœur de métier « sa capacité à repérer et à racheter les start-ups les plus prometteuses ». (Barthélemy J., « Stratégies d’externalisation », 3ème édition, Dunod, 2007. P97)

Tapez « Cisco » dans Google Actualités, vous serez surpris par cette succession de rachats de jeunes entreprises, et ce, à plusieurs millions de dollars chacun. Le dernier en date, l’acquisition de CliQr, une start-up qui développe une plateforme pour déployer des applications dans des environnements Cloud, pour 260 M$. Ainsi, envisager d’externaliser une partie de son informatique, c’est d’abord tenter de répondre à la question « Quel est le cœur de métier de mon entreprise ? Indéniablement, Cisco connait le sien…

Tribune proposée par COVATEAM – Fabrice SAINT-ALBIN (Consultant chez Covateam)

Pour approfondir le sujet :

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-cisco-progresse-dans-le-cloud-en-s-offrant-cliqr-pour-260-m$-64081.html

Le SI produit de la valeur pour l’entreprise (Série 3/3)

#SI #tribune
Le SI produit de la valeur pour l’entreprise
Série 3/3

Dans la continuité des deux articles précédents, à savoir « La définition du système d’information (SI) » et « L’intérêt de la mesure de cet actif immatériel », nous pouvons affirmer sans nous tromper qu’il est un élément de différenciation concurrentiel.

Dans les opérations de fusion-acquisitions, par exemple, un audit du système d’information est systématiquement effectué au même titre que tous les autres éléments de l’actif de l’entreprise objet de la vente. Un SI bien géré et maîtrisé accroit la valeur de l’entreprise lors du rachat. A l’inverse, un SI mal maîtrisé, souffrant de problèmes de fonctionnement ou présentant des risques (obsolescence des technologies utilisées, difficultés d’évolution, dépendance vis à vis d’un petit nombre de personnes internes ou externes…) diminue la valeur de l’entreprise et peut même conduire à remettre en cause la décision d’achat.

COVATEAM SI

La contribution du SI à la création de valeur dépend bien évidemment du contexte de l’entreprise. Elle sera différente si l’entreprise est en croissance ou bien dans une phase de rationalisation de ses activités. Cependant, il ne faudrait pas non plus surévaluer un SI en fonction des dépenses qui lui seraient allouées. La société Deloitte, un des leaders mondiaux de l’audit, rappelle dans une de ses brochures publicitaires à propos de la gouvernance du SI (stratégie et pilotage) « Le Harvard Business Review estime que la valeur du SI est largement surestimée et que les sociétés qui dépenses le plus dans l’informatique obtiennent rarement les meilleurs résultats« .

Il y a donc un point d’équilibre à rechercher, et ce, continuellement afin de pas dépasser les budgets alloués ou au contraire d’être trop en deçà des besoins nécessaires à la bonne marche de l’entreprise. Des outils, tel que le « Modèle d’analyse et de benchmarking des coûts informatiques » du Cigref peut être une des voies à emprunter pour contrôler efficacement ses coûts informatiques, et par ricochet mieux « chiffrer » la valeur globale de son SI.

Fabrice SAINT-ALBIN de Covateam

 

Pour approfondir le sujet :

http://www.directeurinformatique.com/2012/08/le-si-un-des-actifs-majeurs-de-lentreprise/

http://www.cigref.fr/le-modele-danalyse-et-de-benchmarking-des-couts-informatiques-du-cigref

Le SI : l’intérêt de la mesure des actifs immatériels

#SI #cloud #tribune #expert
Le SI c’est quoi ? L’intérêt de la mesure des actifs immatériels (série 2 sur 3)

Les données (mots, nombres, images, sons, vidéos ou toutes autres formes de représentations…) constituent la matière première de l’information. De cette matière, on dit par extension que le système d’information (SI) à une valeur « intrinsèque » de par la qualité de ses actifs immatériels que forment les stocks de données, de règles de gestion et de processus. Ces actifs constituent l’ossature du SI, ils sont dispersés dans des logiciels techniques et des documentations dont la qualité est peu ou pas auditée. Comment faire alors pour estimer et valoriser son SI ?

courbe

Dans une approche comptable, réglementaire et stratégique, la fondation « Sustainable IT Architecture » créée par Pierre Bonnet, un architecte IT, propose un outil de mesure de cet actif immatériel appelé « IS Rating Tool« . Cette méthode de travail tire profit des référentiels métiers de gestion des données (MDM pour Master Data Management), des règles (BRMS – Business Rules Management System) et des processus (BPM – Business Process Management). En effet, les normes comptables et financières « IAS-IFRS » prévoient l’intégration des actifs immatériels comme par exemple les marques, les brevets, la qualité d’une organisation…, mais également dans le cas qui nous intéresse, le Système d’Information. La valeur globale d’un SI se définie selon 3 niveaux :

1/ Sa valeur d’usage qui s’intéresse à la qualité des processus de travail, y compris l’expérience de l’utilisateur (satisfaction et ergonomie). De manière stratégique, c’est le cadre de gouvernance et de gestion de projet commet COBIT, CMMI ou encre Prince2, nous sommes donc plus dans un aspect processus que produit. On y retrouve également le cadre d’architecture d’entreprise comme TOGAF et ZACHMAN qui propose au travers d’un ensemble de meilleurs pratiques et de déroulés opératoires un processus de délivrance d’une architecture technique

2/ Sa valeur intrinsèque qui étudie la qualité des actifs immatériels du SI perçu à travers de ses données, de ses règles de gestion et de ses processus. L’estimation de cette valeur regroupe en réalité 3 domaines d’évaluation : la gestion de la connaissance, les fonctions de gouvernance et l’intégration technique

3/ Sa valeur métier qui analyse la contribution du SI à la réussite de l’entreprise comme par exemple l’impact positif sur le chiffre d’affaires ou encore de la diminution des ses coûts globaux

Vous l’aurez compris, le SI prend une place importante dans le capital immatériel d’une entreprise. Ainsi, dans une démarche d’externalisation du SI, partielle ou totale, en particulier dans le Cloud, nous sommes en droit de nous questionner sur l’impact de sa valeur.

Tribune proposée par Fabrice SAINT-ALBIN Covateam

 

Pour approfondir le sujet :

http://www.sustainableitarchitecture.com/
http://coutglobal.fr/cout-global.html
http://ec.europa.eu/finance/accounting/ias/index_fr.htm

Le Système d’Information (SI) – C’est quoi ? partie 1/3

#SI #tribune #expert
Le système d’information – C’est quoi ? (série 1 sur 3)

Prenez un ensemble organisé de ressources comme du matériel (machines, supports…), des logiciels (programmes…), du personnel (spécialistes ou utilisateurs), des données (connaissances, modèles…), des procédures… permettant de créer, collecter, traiter, stocker, transformer, communiquer des informations sous tout type de format (textes, images, sons, vidéos…) dans et entre des organisations : vous obtenez le système d’information (SI).

C’est un système d’acteurs sociaux qui mémorise et transforme des représentations via des technologies de l’information et des modes opératoires.

image SI

Cependant, la dimension technologique de cette définition laisse à penser qu’il est uniquement basé sur de l’information numérique.

Pourtant, il existe encore dans les entreprises, dont la transformation digitale n’est encore qu’au stade embryonnaire, voire inexistante, des informations au format papier comme les fiches comptables, la rédaction et la diffusion de circulaire administrative, la réunion de collaborateurs pour échanger des informations qui sont des exemples de processus organisés de collecte, de traitement, de communication des données sans pour autant recourir aux technologies électroniques de l’information.

Il n’y a donc pas lieu d’assimiler automatiquement SI à « Système Informatique » et d’y inclure un ordinateur dans les ressources utilisées pour sa construction.

Au cœur du fonctionnement des entreprises, la source principale d’information est constituée de données décrivant des objets ou des évènements dignes d’intérêts pour y être saisies, collectées, traitées, analysées, stockées et communiquées. Ainsi, les données constituent la matière première de l’information dont il faudra préserver et valoriser. On parle d’ailleurs du SI comme un actif immatériel dont j’aborderai un sujet prochainement.

Tribune proposée par Covateam

Pour approfondir le sujet :
Reix R., Kalika M., Rowe F., « Systèmes d’information et management des organisations » – Sept 2011

Retrouver la partie 2/3 : Le SI c’est quoi ? L’intérêt de la mesure des actifs immatériels
Retrouver la série 3/3 : Le SI produit de la valeur pour l’entreprise