Communiqué de Presse : Le CNNum rend ses recommandations au Gouvernement pour soutenir la transformation numérique des PME

#Communiqué de Presse #TransformationNumérique #PME

Communiqué de Presse – Paris, le 8 mars 2017

Le Conseil National du Numérique rend ses recommandations au Gouvernement pour soutenir la transformation numérique des PME.

Accédez à l’intégralité du Communiqué de Presse 

Le 23 mars 2016, le Gouvernement a demandé au Conseil national du numérique (CNNum) d’élaborer en collaboration avec la Direction générale des entreprises (DGE) du ministère de l’Economie et des Finances un plan d’action national pour soutenir la transformation numérique des PME. Après avoir effectué un diagnostic des besoins des entreprises en matière de commercialisation, le CNNum a travaillé avec divers acteurs pour élaborer des propositions concrètes de mise en œuvre de ce plan d’action. Ses membres ont remis aujourd’hui leurs recommandations à Michel SAPIN, ministre de l’Economie et des Finances, à Martine PINVILLE, secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Économie sociale et solidaire, et à Christophe SIRUGUE, secrétaire d’État chargé de l’Industrie, du Numérique et de l’Innovation.

 

Le Gouvernement a salué les travaux du Conseil et annoncé la modernisation du programme Transition numérique, lancé en 2012. En plus d’une équipe de pilotage renforcée, le programme se dotera d’une plateforme de ressources facilement mobilisables par les conseillers des entreprises et les entreprises elles-mêmes, associera de nouveaux acteurs locaux et intégrera des actions pilotes en coopération étroite avec les régions, notamment sur la généralisation de chèques numériques pour les entreprises.

Pour Michel SAPIN : « Il y a encore trop de PME qui considèrent que le numérique ne les concerne pas. Il est urgent d’agir pour qu’elles puissent développer une vision stratégique du sujet et mobiliser les compétences nécessaires. C’est un enjeu majeur pour le développement de leur compétitivité et de l’emploi. »

Pour Martine PINVILLE : « « Le numérique est indispensable pour que les TPE et les PME gagnent en visibilité et productivité et offrent de nouveaux services à leurs clients. C’est pourquoi, nous mettons en œuvre sans tarder les propositions du CNNum. »

Pour Christophe SIRUGUE : « Le renforcement de la capacité d’action des acteurs locaux qui, au quotidien, œuvrent au contact des entreprises pour les sensibiliser aux enjeux du numérique est absolument primordial et l’Etat mobilisera, dès 2017, des moyens en ce sens. »

Accédez à l’intégralité du Communiqué de Presse 

Les enjeux de la digitalisation pour les réseaux de franchise

#transformationnumérique #servicesàlapersonne #franchise #digitalisation #ecommerce
Les enjeux de la digitalisation pour les réseaux de franchise 

servicesalapersonne
Les entreprises de services à la personne subissent à leur tour la montée en puissance de nouveaux acteurs 100 % digitaux qui misent sur l’instantanéité et la facilité de la réservation pour prendre des parts de marché.

 

 

C’est un enjeu majeur, en particulier, pour les réseaux de franchise, nombreux dans les services à la personne. Les fondateurs d’Ogust, éditeur de logiciels dédiés à ce secteur, détaillent l’importance et les avantages de la digitalisation des réseaux de franchise. La transformation numérique – introduction de la vente en ligne, notation des prestataires… – peut les aider à renforcer leur pilotage et améliorer leur visibilité.

Découvrez l’intégralité de cet article.

Booster vos ventes grâce à des opérations commerciales digitales

#Webinar #commerce #digital
Comment booster ses ventes grâce à des opérations commerciales digitales ?

Votre activité est lancée, votre site internet est en ligne, vos premiers clients sont présents mais vous n’arrivez pas à garder le rythme ? Toutes les autres tâches inhérentes à l’entreprise vous prennent du temps et jongler entre activités commerciales et gestion d’entreprise devient un casse-tête.  Nous connaissons le phénomène et la solution est à portée de main !

boostez-vos-ventes-avec-le-digital-webinarParticipez à notre Web conférence – Mardi 7 Mars à 14h –  nous vous expliquerons comment lancer des opérations commerciales à succès en quelques clics.  Campagnes SMS, emailing, jeux-concours, communication sur les réseaux sociaux… tout est réalisable même en peu de temps, le tout est d’avoir le bon outil.
Venez nombreux, on vous dit tout !

La confiance numérique, une affaire de très long terme !

#confiancenumerique #eidas #transitionnumerique #transitiondigitale #TransformationDigitale #archivageelectronique #archivagenumerique #signatureelectronique

sécurité des données
Question pratique : dans 20 ou 30 ans, comment prouver la conformité des documents électroniques   signés en 2016 ?

Quelques mois après l’entrée en  vigueur du règlement
e-IDAS, nous vous proposons de  décrypter ce qui se cache concrètement derrière cet  acronyme et ses impacts en termes de confiance  numérique.

 

 

crédit photo Shutterstock

Règlement e-IDAS, confiance et archivage des documents numériques

Quelques mois après l’entrée en vigueur d’e-IDAS, nous vous proposons de décrypter ce qui se cache concrètement  derrière cet acronyme et ses impacts sur la gestion des documents numériques.

e-IDAS : qu’est-ce que c’est ?
e-IDAS signifie Electronic Identification and  Services. Ce règlement européen (*) vise à promouvoir les services de confiance relatifs à l’identité numérique : horodatage, signature et cachet électroniques, lettre recommandée… afin de favoriser la dématérialisation des échanges dans toute  l’Europe.

Le dispositif repose principalement sur des « prestataires de service de confiance » (Trust Service  Provider  – TSP),  qui s’engagent à proposer des produits qualifiés par e-IDAS, gage de reconnaissance dans l’Union Européenne.

Hier encore, pour signer un contrat par exemple, il suffisait d’une feuille de papier et d’un stylo. Comment faire aujourd’hui, quand la majorité des documents sont générés directement par des  systèmes informatiques ? Dans les faits,  les documents électroniques sont imprimés, signés à la main puis numérisés pour retrouver leur format initial… la boucle est bouclée ! En effet, le citoyen ne dispose d’aucune technique fiable de  signature  électronique. C’est donc bien l’identité numérique qui est donc au cœur du règlement e-IDAS.

(*) règlement UE n° 910-2014 du 23 juillet 2014 entré en vigueur en juillet 2016

Quels sont les impacts sur les documents numériques  et leur archivage ?
Dans 20 ou 30 ans, comment démontrer la conformité d’un consentement signé électroniquement en 2016 ?

Dans le monde numérique, c’est la validité du certificat d’identité du signataire qui permet de vérifier la signature. Un certificat numérique doit être renouvelé tous les 2 ou 3 ans. Quant au dispositif technique qui permet de générer une signature, il doit être renouvelé tous les 5 à 10 ans.

On le voit, les moyens techniques seuls ne permettent pas de gérer tout le cycle de vie d’un document. C’est le rôle de l’archivage, qui permet de conserver à très long terme non seulement le document lui-même, mais aussi sa signature et les preuves de validité du certificat lors de la signature.

Le système de signature à la volée permet de valider un document sans certificat d’identité numérique. Il suffit au signataire de s’identifier et de donner l’ordre à une machine de signer le document à sa place. Pour vérifier la validité de la signature, il est indispensable de conserver l’ensemble des éléments de la transaction afin de prouver les points suivants : qui ? quoi ?  quand ?

Préserver la signature sans le document a-t-elle du sens ?
Théoriquement il est possible de conserver le document et sa signature dans deux systèmes distincts. Dans ce cas, les deux éléments seront exigés pour vérifier l’intégrité du document archivé.

Les normes d’application e-IDAS préconisent plutôt de conserver un « objet d’archives » regroupant le document et sa signature. Ce dispositif simple offre une meilleure maîtrise du risque à long terme. Aussi, il est recommandé de réfléchir simultanément aux processus de signature et d’archivage, afin de constituer un «objet d’archives » intégrant les éléments de preuve.

Que se passe-t-il entre le moment de la signature et le moment du versement en archivage ?
L’intégrité d’un document numérique est gérée par le Système d’Archivage Electronique (lien 1) qui l’exploite, et non par le support  du document.

La règlementation impose que les documents à vocation probatoire soient conservés dans un Système d’Archivage Electronique répondant aux exigences de la norme NF Z 42-013. Cette conformité offre un haut niveau de traçabilité, intégrant des journaux chaînés, horodatés et eux-mêmes archivés afin de préserver l’ensemble des  preuves  d’intégrité.

Ce sont ces éléments de preuve (générés par et conservés dans le SAE) qui confèrent leur vocation probatoire aux documents, et  non le SAE lui-même.
Préserver l’intégrité impose de réduire au strict minimum la conservation des documents dans un environnement peu ou pas sécurisé, et de les verser dans un SAE au plus vite après leur signature.

Une entreprise qui utilise une GED avec des processus de validation aura donc intérêt à mettre en œuvre un connecteur d’archivage associé au workflow de signature, plutôt  que d’attendre plusieurs années avant de verser les documents en masse, comme on l’observe encore trop souvent.

En conclusion : le Système d’Archivage Electronique, un dispositif de confiance pour les projets de dématérialisation
Développer son propre système d’archivage en interne nécessite des  investissements importants à long terme : infrastructures informatiques et logicielles, moyens humains, procédures, certifications…

Il est possible d’externaliser ce service auprès d’un tiers archiveur afin de bénéficier d’un dispositif clé en mains permettant de mutualiser les infrastructures…  et les coûts associés !

Dans ce cas, il est vivement conseillé d’exiger à minima la certification NF Z 42-013, gage de confiance. Lorsqu’il s’agit d’archives publiques, l’agrément du SIAF (Service Interministériel des Archives de France) est nécessaire.

Enfin, l’agrément HDS (Hébergeur de  Données de Santé) est indispensable lorsque les documents  contiennent des données de santé à caractère  personnel.

Pour plus d’informations : http://www.locarchives.fr/actualites/953-livre-blanc-archivage-electronique-locarchives

 

Il est possible d’augmenter votre CA de 10% grâce à l’affichage !

#​CommunicationCiblée ​#PLV #ReciblagePublicitaire #TempsRéel #Logiciel #SmartProspective #retail
Il est possible d’augmenter votre CA de 10% grâce à l’affichage !

f2-min-1Directeur de magasin, commerçant ou responsable marketing ? Vous avez sûrement le même objectif : voir le chiffre d’affaire de votre point de vente augmenter. Mais comment faire ?

La première chose est d’attirer un maximum de passants dans votre magasin : si plus de personnes entrent, vos chances de vendre augmentent, cela va de soi.

 

Ensuite il faut vendre plus, vendre mieux ! C’est là que les choses se compliquent : Il est nécessaire de bien connaître ses clients et de les informer au mieux sur la variété de produits ou services que vous mettez à leur disposition.  En effet, chaque consommateur doit savoir que le produit qui lui convient est dans votre magasin.

Dans les deux cas, la solution principale est de communiquer de manière efficace, que ce soit pour augmenter la fréquentation de votre point de vente ou pour provoquer plus d’achats d’impulsion/de montées en gamme.

Imaginez maintenant pouvoir communiquer de manière adaptée à chacun de vos clients et en temps réel. C’est le rêve de tous les commerçants, connaître au mieux ses clients pour adapter son point de vente et transmettre le bon message au bon moment.

Aujourd’hui c’est possible :

Grâce à un logiciel d’affichage de publicités ciblées comme l’entreprise Smart Prospective le propose, il est possible d’adapter la publicité affichée en points de vente et en vitrines, en fonction des personnes à proximité.

Comment ça fonctionne ?

Le système récolte les informations en temps réel des personnes se trouvant à l’intérieur du point de vente et aux alentours, permettant ainsi de déterminer quel est le profil dominant. Il prendra ensuite automatiquement la décision du produit à mettre en avant, le plus susceptible de toucher un maximum de personnes.

Comment l’utiliser ?

Il suffit d’ajouter sur un site internet facile à utiliser les visuels des produits à mettre en avant et de les catégoriser en fonction de leur cible (je désire que tel produit soit affiché quand les femmes de 25 à 35 ans, CSP+, travaillant dans la santé et ayant un revenu supérieur à 2500€/mois passent). Le logiciel s’occupe du reste !

Vous pouvez également bénéficier d’un accompagnement et de conseils à propos du choix des produits à mettre en avant, de leur fréquence d’ajout, du ciblage, etc.

Quels en sont les apports ?

Une communication ciblée en temps réel est plus efficace qu’une communication standard, c’est-à-dire qu’elle touche proportionnellement plus de personnes pour le même investissement et donc les chances de vendre sont accrues. De plus, elle permet de vendre mieux, de par le fait que les produits mis en avant correspondent au profil de la personne visée, provoquant ainsi chez elle une impulsion d’achat imprévu.

Le CA augmente de 10%, la valeur perçue de 60% …

 

Optez pour la communication ciblée en temps réel et vous verrez les performances de votre point de vente décoller !

Bénéficiez d’un test gratuit en vous rendant sur le site www.smartprospective.com et en nous contactant via la rubrique « Contact »  ou en envoyant un email à test@smartprospective.com

 

1 2 3 4 7